UXDE dot Net

Cultiver l’espoir vous permet d’avoir la capacité de planifier

Posté par dans

Lorsqu’il y a de l’espoir, l’esprit est orienté vers un but et donne un sens à l’attente. Au moment où notre cerveau s’active, cette concentration, cette force et cette émotion façonnent la capacité de planifier, de tracer des stratégies et des itinéraires permettant de surmonter la situation actuelle. Garder une vision réaliste mais positive des choses élargit nos perspectives de vie et c’est une compétence que nous devrions tous améliorer.

Comprendre le sens de l’espoir comme une compétence psychologique améliorerait notre bien-être mental et, à son tour, optimiserait même notre capacité à réaliser. Une bonne partie de la communauté des experts est d’accord avec cette même idée. Par exemple, Matthew Gallagher, psychologue et professeur à l’université de Houston, se concentre dans l’une de ses études sur la façon dont cette dimension génère des avancées notables en matière de psychothérapie.

Si nous permettons à une personne dans l’art de cultiver ce concept traditionnellement lié au domaine de la philosophie ou de la spiritualité, vous serez en mesure de mieux gérer des conditions telles que le stress et l’anxiété quotidiens. Elle est obtenue parce que nous parvenons à inculquer au patient des dimensions de l’esprit telles que la réduction de la détresse, la confiance en soi, la positivité et la flexibilité cognitive.

Cette dernière notion, celle de flexibilité cognitive, est déterminante. L’espoir agit en affaiblissant ces schémas mentaux plus rigides afin que nous puissions planifier, concevoir de nouveaux buts et objectifs dans l’espoir que certains d’entre eux fonctionneront. En nous apprenant, après tout, que que lorsque nous sommes réceptifs et confiants que l’avenir transformera notre présent.

Tête en forme d'arbre représentant notre capacité à planifier

L’espoir et notre capacité à planifier

Charles Rick Snyder a été l’un des principaux représentants de la psychologie positive dans l’étude de l’espoir. Il a défini cette dimension comme un état motivationnel dans lequel deux facteurs se combinent. D’une part, l’énergie ou l’émotion de la valence positive envers l’idée de réaliser quelque chose. D’autre part, la planification.

En d’autres termes, le véritable espoir, l’espoir qui est utile et bénéfique pour notre bien-être, ne se limite pas à la confiance que les événements à venir seront bons. De plus, la personne raisonne et visualise les stratégies à donner pour que ce qu’on attend se réalise.

Cette dimension n’inclut donc pas seulement la positivité et la confiance, nous trouvons également la capacité de planifier ce qui doit être fait pour atteindre cet horizon souhaité. Mais regardons d’autres caractéristiques.

L’espoir est une composante du bien-être psychologique

Nous l’avons souligné au début. Cultiver un sentiment d’espoir est la clé de la psychothérapie. Après tout, le contraire de cette dimension est la peur, l’immobilité et cette angoisse perpétuelle dans laquelle on ne voit que des murs et des obstacles et aucun horizon.

La psychologie positive a toujours intégré l’espoir dans ses fondements car elle voit en lui ce qui permet l’impulsion vers le changement chez l’être humain. Elle y parvient essentiellement grâce aux éléments qui la composent :

  • Compétences en matière de réflexion et de planification axées sur les objectifs.
  • Flexibilité cognitive. Capacité à réagir à l’incertitude et à la difficulté en étant capable de changer d’approche, de chercher dix solutions à un même problème, de voir plusieurs façons de sortir d’une situation particulière.
  • Confiance en soi. Ce troisième élément est très important. La personne qui garde espoir n’a pas toujours confiance à 100 % dans le fait que les choses vont se passer. L’espoir, c’est aussi avoir confiance en soi et en ses capacités à faire face efficacement à ce qui pourrait arriver.

Un homme avec un ballon sur la tête représentant la capacité de planifier

La pensée positive améliore les compétences en matière de planification et d’orientation du changement

Penser positivement, c’est comprendre que nous devons transformer notre réalité dans les moments difficiles afin d’atteindre le bien-être. D’autre part, ceux qui voient la réalité à travers le verre de la négativité n’entrevoient que des obstacles et apportent des critiques. Nous devons donc construire mentalement les bases d’un espoir actif qui se traduit par la capacité de planifier, de projeter et d’agir pour transformer le présent.

Ainsi, dans une étude menée à l’université du Maryland, aux États-Unis, le Dr Thomas Bailey a montré comment L’espoir et l’optimisme ont été les maîtres mots de la qualité de vie des gens. L’une des dimensions les plus remarquables que cette approche mentale privilégie est qu’elle réduit l’impact de l’incertitude.

Lorsque nous traversons ces temps compliqués ponctués par l’adversité, nous avons besoin d’un sentiment d’espoir qui nous permette d’avancer sans le poids de la peur ou de cette angoisse permanente qui nous fait penser au pire. Le Ne pas savoir ce qui pourrait se passer demain ou ce qui va se passer dans un avenir proche est l’une des plus grandes sources d’anxiété, le stress et la souffrance.

Alors, maintenant, le regard plein d’espoir gère beaucoup mieux cet océan de manque de certitudes parce qu’il suppose que ce qui doit arriver ne sera pas si mauvais. Elle est également confiante et comprend qu’il vaut mieux être préparé, activer la capacité de planifier pour développer des stratégies et ensuite être plus proactif et moins passif.

Réfléchissons à cet outil de vie et faisons le nôtre en ce moment. Notre bien-être le mérite.

Comments are closed.