UXDE dot Net

La sédentarité peut accélérer la perte de mémoire

Posté par dans

Il a été démontré que l’activité physique présente une multitude de bienfaits pour la santé en général et, plus particulièrement, pour la structure et le fonctionnement du cerveau. Bien que dans une moindre mesure, des recherches ont commencé sur les conséquences de la sédentarité sur ces mêmes points. Il y a de nombreuses personnes qui, malgré l’exercice physique, mènent une vie sédentaire pour le reste de la journée.

Certaines études ont même suggéré que la sédentarité peut être un facteur de risque de développement de troubles cognitifs liés à l’âge.

Il est suggéré que 13 % des cas d’Alzheimer dans le monde pourraient être attribués au sédentarisme. Une réduction de 25 % de ce mode de vie pourrait permettre d’éviter plus d’un million de cas.

Femme endormie sur le canapé

Quel est le lien entre sédentarité et cognition ?

En cas de déficience cognitive, il se produit une atrophie d’une zone du cerveau appelée lobe temporal médian, associée à des troubles de la mémoire et à la maladie d’Alzheimer. Ainsi, De nombreuses études ont montré que l’activité physique affecte l’état de cette région, en particulier l’hippocampe.

Un flux sanguin adéquat est essentiel au bon fonctionnement du cerveau, ce qui favorise le développement de nouveaux neurones et retarde la détérioration.

Alors que l’activité physique l’augmente, la sédentarité altère le contrôle de la glycémie et diminue donc le flux sanguin. En fait, il a été constaté qu’en 5 ans, il y a une relation entre la sédentarité et une diminution de la quantité de substance blanche.

Témoignages

Une étude récente menée par l’Université de Californie à Los Angeles a étudié ses effets dans les domaines liés à la mémoire. Pour ce faire, ils se sont concentrés non seulement sur le temps consacré à l’activité physique, mais aussi sur les heures qu’une personne en bonne santé passe assise.

Pour cette recherche comptait 49 personnes en bonne santé dont l’âge moyen était de 60 ans. Après avoir rempli une série de questionnaires sur leur niveau d’activité physique et les heures passées en position assise, ils ont subi une IRM et des tests neuropsychologiques. Ils observeraient l’épaisseur du cortex cérébral et la performance des fonctions cognitives telles que la mémoire.

Dans l’étude, ils ont constaté que le comportement sédentaire, mais non le niveau d’activité physique, était associé à un cortex cérébral plus mince dans certaines régions. Ce sont, concrètement, celles qui sont liées à la mémoire.

Par conséquent, ils suggèrent que la vie sédentaire est un meilleur prédicteur que l’exercice du statut ou de la performance dans ces fonctions. Ainsi, même lorsque l’activité physique est élevée, elle ne suffit pas à compenser l’effet de la position assise pendant de longues périodes.

Une femme qui court

Que peut-on faire ?

Malgré ces constatations, il est toujours plus conseillé de faire de l’exercice physique. En ce sens, des preuves scientifiques ont montré qu’il améliore les performances des fonctions cognitives, la vascularisation cérébrale et la neurogenèse.

En outre, il s’agit d’une multitude d’activités qui affectent les performances, comme la lecture, l’apprentissage des langues, les jeux intellectuels et même l’interaction avec d’autres personnes. Cependant, nous recommandons de maintenir un mode de vie sain et actif. Choisissez toujours de marcher jusqu’à votre destination, choisissez les escaliers en face de l’ascenseur.

Non seulement vous améliorerez vos compétences, mais vous vous sentirez mieux et utiliserez mieux votre temps !

Comments are closed.