UXDE dot Net

Problèmes de pandémie : tolérance à l’humeur et à l’ennui

Posté par dans

On ne peut pas nier que s’il y a un acteur dans cette pandémie, ce rôle est un rôle d’isolement. La quarantaine est une exposition permanente, quelque chose comme une vitrine de supermarché dans laquelle les caractéristiques de chacun de nous sont clairement indiquées.

D’une part, parce que la plupart d’entre nous partageons 24 heures avec d’autres personnes et que notre observation se concentre sur un grand nombre de détails qui se perdent dans la vie quotidienne normale (travail intense).

Mais en outre, le fait de vivre ensemble et d’être à l’intérieur renforce les réactions, les interactions, la réflexion et les émotions ; donc, nos caractéristiques sont amplifiées. En d’autres termes, c’est une question de quantité et d’intensité. Allons plus loin.

Femme regardant par la fenêtre

La triade émotionnelle de l’enfermement

En tout état de cause, derrière cette pandémie et la quarantaine qui en découle, il y a un certain nombre de des émotions et des sentiments qui reposent sur une triade composée de la peur, de l’anxiété et de la détresse.

Puis il existe différents moyens de renforcer ces émotions. Par exemple, la peur de la contagion et de la mort, si elle se produit, provoque des niveaux élevés de détresse et d’anxiété. En outre, l’incertitude générée par le fait de ne pas savoir quand cette période se terminera peut également produire de l’anxiété et de la détresse, qui peuvent toutes deux accroître la peur.

De même, la surinformation -infotoxique – et fausses nouvelles sont des amplificateurs d’incertitude, ce qui nous ouvre à nouveau le cercle de cette triade émotionnelle nocive et dommageable.

Maintenant, nous devrions préciser que l’anxiété, la peur et la détresse sont des émotions absolument logiques dans cette période. Et ce que nous pouvons faire, ce sont des activités qui réduisent – et non annulent – l’intensité de ces niveaux émotionnels.

Si nous regardons en arrière, au début de la quarantaine, nous étions remplis d’activités recommandées par divers spécialistes, principalement des psychologues (dont je fais partie), qui nous ont donné des conseils et des clés pour mener à bien une bonne quarantaine.

Cependant, tous ces conseils visaient à réduire l’incertitude et l’anxiété et à apaiser la peur, mais ils ont également fait office de facteurs de distraction qui ont détourné l’attention des coronaires. Ainsi, on peut dire que les premières semaines ont été une sorte de congé dans les foyersLa lecture, la gymnastique, la nourriture délicieuse, les films, les jeux et la communication avec les amis.

Après des semaines, l’humeur et l’ennui ?

Aujourd’hui, ce qui était une surprise et tout un projet pour passer le temps, en famille et sans travail, a été transformé ou se transforme en un ennui de réorganisationEn outre, le poids de l’économie se fait sentir.

Ceux qui vivent avec leur famille et ont des enfants qui doivent aller à l’école en ligne commencent un voyage de complications de la plate-forme e-lerningLes nouveaux programmes et l’ignorance de tous à cette modalité.

Les entreprises qui commencent à chercher des résultats en matière de télétravail, les types de gym qui sont épuisés, les livres qui sont terminés, les séries déjà vues… En bref, plus de ressources innovantes et distrayantes de détresse, d’anxiété et de peurnotre triade émotionnelle bien-aimée.

Viennent ensuite la mauvaise humeur, la gêne, l’ennui, la lassitude et les émotions similaires dont découlent les mauvaises réponses, les visages en colère, les gestes de mécontentement ou les signes d’omegas dans l’espace entre les sourcils, tous indicateurs du malaise. Mais Qu’est-ce qui se cache derrière cette grogne ?

Dans le dans les coulisses de ces attitudes sont les émotions que nous voulions éviter. Et cela se produit parce que nous n’exprimons pas toujours directement certaines émotions, que nous ne parvenons pas à dire « j’ai peur », à traduire l’anxiété en mots ou à exprimer notre angoisse.

La grincheuse de l’isolement

Nous sommes comme des enfants quand ils ne montrent pas directement leur mauvaise humeur ou leur angoisse, mais qu’ils la cachent derrière des attitudes de protestation, de tristesse, de colère ou d’agression. La même chose nous arrive.

L’angoisse s’exprime de plusieurs façonsLes symptômes les plus courants sont : la colère, la gêne ou diverses somatisations telles que des contractures, des douleurs d’estomac, des maux de tête, etc.

Nous n’aimons pas non plus pleurer – ce qui serait une façon directe d’exprimer l’angoisse – parce que nous pensons que c’est un signe de faiblesse. Ainsi, si nous devons éviter la faiblesse et montrer de la force ou une armure, il est efficace de canaliser cette angoisse par d’autres ressources.

De plus, La mauvaise humeur conduit à l’intolérance. Le manque de patience avec les autres nous amène à ne négliger aucun détail ni aucune réaction de l’autre personne. Et c’est ainsi que leur attitude peut être un excellent déclencheur de disputes et de bagarres, mais aussi le facilitateur de la catharsis pour faire ressortir les sentiments toxiques que cette période de réclusion produit en nous.

Parfois, la lutte est recherchée comme un moyen de soulager la tension et l’anxiété.

Au fil du temps, la mauvaise humeur augmente en proportion directeLe contexte est le même, mais la nouveauté des dix premiers jours arrive à son terme.

Quand on s’ennuie…

L’ennui est défini comme un sentiment d’agacement dû à un manque de plaisir, d’intérêt ou de surprise. C’est un état émotionnel désagréable lorsque vous ne trouvez pas de satisfaction dans ce que vous faites.

Une personne qui s’ennuie perd sa concentration parce qu’elle ne peut pas trouver quelque chose, une situation ou une activité, qui la motive et lui donne du plaisir. C’est alors qu’il devient agaçant et facilement irrité par une mauvaise réponse.

La combinaison de la mauvaise humeur, de la gêne et de l’ennui est une sorte de cocktail de nitroglycérine très facile à faire sauter.

Pour de nombreuses personnes qui, en temps normal, développent une hyperactivité professionnelle, la quarantaine a été un facteur majeur dans leur vie, ce qui explique qu’elles occupent aujourd’hui des positions de premier plan sur l’échelle de l’ennui et de la mauvaise humeur.

Il convient d’ajouter que cette combinaison fait partie de ce que l’on appelle le nouveau stress ou la capacité à le stress, non seulement lorsque nous sommes hyperactifs ou surchargés de travail, mais aussi lorsque nous ne faisons rien et on s’est ennuyés. Bien qu’on oublie de prendre en compte que l’ennui et la mauvaise humeur sont aussi des sensations à attendre en quarantaine.

Une femme en colère

Que pouvons-nous faire ?

Le thème est que faire face à l’inexorabilité de ces sensations ? En principe, comprenez que c’est un processus naturel que nous vivons et comprenez à la fois les autres et nous-mêmes. Savoir que cela peut nous arriver implique de comprendre qu’il est rassurant de se sentir normal ! Accepter l’ennui peut être une base pour ne pas laisser entrer la mauvaise humeur.

Il est également important de parler de l’angoisse que ce processus nous cause. La peur et l’anxiété sont des émotions attendues et il est important de trouver une personne pour se confesser et s’expliquer. Il ne doit pas nécessairement s’agir du partenaire, mais il peut aussi s’agir d’un ami ou de quelqu’un avec qui nous avons un lien profond et dont nous savons qu’il prendra soin de nous.

Enfin, rappelons que cette est un moment d’apprentissage et pour apprendre, il faut communiquer, dire, exprimer. La communication est une ressource précieuse qui est à notre portée.

Et si vous transformiez l’ennui en loisir ? Si nous en profitons pour philosopher sur la façon dont nous voulons vivre notre vie, sur ce que nous voulons changer, sur les personnes avec lesquelles nous voulons partager notre temps et enfin sur le fait que tout est entre nos mains.

Comments are closed.