UXDE dot Net

Le syndrome de déconnexion émotionnelle

Posté par dans

Le syndrome de déconnexion émotionnelle se produit lorsqu’une personne cesse de ressentir de l’affection. Bientôt, cela s’étend à d’autres émotions et une situation est générée dans laquelle on a l’impression de ne rien ressentir. Il est évident que dans ces cas, il est impossible d’établir un lien d’empathie avec les autres car, pour ce faire, il faut ressentir.

Malheureusement, il existe une perception répandue de l’opposition entre les émotions et la raison. Beaucoup croient que les émotions font partie d’une zone primitive de l’être et qu’elles sont un malentendu en soi.

Pour devenir un « produit » acceptable, pensent-ils, ils doivent être passés au crible du filtre de la raison. C’est ainsi que l’on arrive au syndrome de déconnexion émotionnelle.

Presque tout le monde passe par un moment où il faut réduire ce qu’il ressent, parce que l’intensité de ce sentiment est inabordable ou parce qu’il y a un épuisement émotionnel. C’est tout à fait normal.

Seulement on parle de syndrome de déconnexion émotionnelle lorsque ces états deviennent plus ou moins permanents pendant une longue période.

Le bonheur vient de la capacité de ressentir profondément, de jouir simplement, de penser librement, de risquer sa vie, d’être nécessaire”.

-Storm Jameson-

L'homme pense trop sérieusement

Caractéristiques du syndrome de déconnexion émotionnelle

La principale caractéristique du syndrome de déconnexion émotionnelle est l’isolement. Attention, car dans ce cas, il ne s’agit pas nécessairement d’une question d’isolement social. En fait, beaucoup de personnes qui correspondent à ce tableau sont très actives socialement, et c’est précisément leur stratégie pour s’isoler : être avec beaucoup de gens sans renforcer les liens avec aucun d’entre eux.

Dans ce cas, l’isolement est lié à une forme de rupture émotionnelle avec l’environnement. Vous ne ressentez pas d’affection pour quelqu’un en particulier ou vous rejetez cette affection si elle se manifeste. Cela vaut également pour ses propres émotions : elles ne sont pas valorisées, minimisées, ou on ne fait pas le nécessaire pour les étouffer. La devise, pas toujours consciente, est de ne pas ressentir.

Voici quelques caractéristiques qui permettent d’identifier le syndrome de déconnexion émotionnelle :

  • Éviter de parler d’émotions. En particulier, des émotions qui impliquent un certain degré de vulnérabilité.
  • Incapacité à ressentir l’intensité émotionnelle. Dans ce cas, les émotions intenses sont également rejetées, tant chez la personne elle-même que chez les autres.
  • Difficulté à ressentir de l’empathie. La personne ne croit pas que les émotions des autres ont de la valeur, ni qu’il y a quelque chose à comprendre en elles.
  • Rationalité extrême. La valeur de la raison est continuellement exaltée et nous cherchons à tout faire entrer dans le domaine de la pensée.
  • Difficulté à établir des relations profondes. Les relations avec les autres se caractérisent par leur manque de pertinence.
  • Perception confuse de soi. Dans ces cas-là, il est très difficile d’identifier ses émotions et on vit le monde intérieur comme s’il était endormi ou étourdi.

Un mécanisme de défense

Dans la plupart des cas, le syndrome de déconnexion émotionnelle résulte d’expériences négatives ou traumatisantes qui sont évitées. La personne choisit d’employer des stratégies de déni, de répression ou de blocage face à ce qui naît dans le monde émotionnel. Ce qu’il craint, c’est de vivre à nouveau une expérience de souffrance et il a décidé de tuer cette possibilité dans l’œuf, en s’empêchant de ressentir.

Il n’est pas rare que ce syndrome apparaisse également chez ceux qui ont été systématiquement soumis à un traitement inconsidéré. Ils n’ont peut-être pas vécu une expérience particulièrement grave, mais les abus quotidiens ou l’indifférence les ont conduits à leurs propres émotions. En réalité, ce n’est pas qu’ils ne veulent pas ressentir, mais qu’ils ne veulent pas souffrir.

La grande contradiction dans tout cela est que le refus de ressentir engendre une énorme source de souffrance. Celui qui prend cette décision (presque toujours sans s’en rendre compte) est privé de sa vie privée. C’est l’un des principaux déclencheurs du bonheur. En général, ceux qui refusent de se sentir éprouvent un vide profond et un sentiment de solitude caché.

Femme avec un bandeau sur les yeux

La valeur des émotions

Les émotions sont les signes les plus authentiques de ce qui se passe à l’intérieur de chaque être humain. Si la peur apparaît, cela signifie qu’il y a un facteur qui est perçu comme une menace. S’il y a de la colère, cela signifie que nous éprouvons de la frustration à propos de quelque chose, ou que notre sens naturel de la défense a été activé. S’il y a de l’affection, cela implique que nous avons construit une identité subjective avec quelqu’un d’autre.

Les émotions ne rendent pas faible, bien au contraireLe « je » est un symbole de l’identité de la personne, de l’expression de l’être, et à partir de là nous pouvons construire la compréhension et la réaffirmation de ce que nous sommes. Ce qui peut affaiblir, c’est la gestion de ces émotions. Les déformer, les nier ou les inhiber provoque une défiguration de l’être.

L’isolement émotionnel n’est pas un matériau avec lequel on peut construire une vie heureuse. Cela conduit souvent à la confusion et à l’indifférence face à tout. C’est un terrain fertile pour que l’ennui grandisse et que le désir de vivre pâlisse. C’est pourquoi, face au syndrome de déconnexion émotionnelle, le plus efficace est de demander une aide professionnelle.

Comments are closed.